Et si Apple s’inspirait de Google en matière de confidentialité ? – MacGeneration

Et si Apple s’inspirait de Google en matière de confidentialité ? – MacGeneration


La polémiquesur les enregistrements Siriécoutés par des oreilles humaines montre une chose : Apple a encore beaucoup de progrès à faire en matière de respect de la vie privée. Comment Apple peut-elle déclarer que« ce qui se passe sur votre iPhone, reste sur votre iPhone » quand elle donne à écouter à des sous-traitantsdes enregistrements privéset parfois involontaires ?

Une affiche Apple à New York faisant partie de la campagne « privacy » : « Votre iPhone sait beaucoup de choses sur vous. Mais nous, non. » Image MacGeneration.

« La confidentialité signifie que les gens savent pour quoi ils signent »,expliquaitun certain Steve Jobs. Apple indique bien dans songuide de sécurité iOSque« les enregistrements vocaux de l’utilisateur sont conservés pendant six mois [et qu’] une autre copie est enregistrée après six mois, sans son identifiant, afin [de] l’utiliser pour améliorer et développer Siri, et ce, pendant deux ans au total. »Mais elle ne précise pas que cette opération implique des oreilles humaines.

L’objectif est légitime, qui ne voudrait pas que Siri fonctionne mieux ? La méthode semble quant à elle inévitable,GoogleetAmazonfaisant de même. Ce qui manque, c’est la transparence et le choix. Apple, qui vient dedésactiver en catastrophe les écoutes humainesle temps d’ajouter une option pour les utilisateurs, pourrait s’inspirer en la matière de… Google.

Apple affiche denombreux panneaux de confidentialitéà travers ses systèmes pour expliquer quelles données sont recueillies, mais quand vous voulez consulter celles-ci — ce qui représente encore le meilleur moyen pour vous rendre compte de ce qui est collecté —, c’est une autre affaire.

Le paquet de données fournies par Apple dans le cadre du RPGD.

Vous voulez voir quelles données de géolocalisation sont sauvegardées par votre iPhone ? Rendez-vous dansRéglages>Confidentialité>Service de localisation>Services système(tout en bas de la liste)>Lieux importants(c’est justement un manque d’information qui avait provoquéune polémique en 2011sur cette base de données).

Vous voulez consulter vos enregistrements Siri ? Rendez-vous surprivacy.apple.com, demandez le téléchargement des données, attendez jusqu’à 7 jours et vous constaterez que les enregistrements vocaux ne font pas partie du lot — c’est en tout cas ce que nous avons constaté lors de notre dernier essai. Vous voulez supprimer vos enregistrements Siri des serveurs d’Apple ? La seule solution est apparemment de supprimer l’intégralité de votre compte Apple. Plutôt radical.

Google n’est pas la référence du respect de la vie privée,loin de là, mais l’entreprise a le mérite de proposer une interface centralisée pour la gestion des données personnelles. Depuis la pagecompte Google, on peut consulter, supprimer (individuellement ou en groupe) et activer/désactiver lesenregistrements vocaux— Amazon propose lamême chose pour Alexa.

Il en est de même pour l’historique des positions, l’activité sur le web et les applications, et les nombreuses autres informations collectées par Google. C’est sur cette même page que l’on trouve la fonction pour exporter ses données.

Qu’on ne s’y trompe pas, les paramètres de confidentialité de Google ne sont pas le pinacle du respect de la vie privée, à la moindre occasion Google tente de vous faire réactiver les enregistrements que vous avez arrêtés. Mais cette vision d’ensemble accompagnée de contrôles simples manque cruellement chez Apple.

Source

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here